Vol à l’étalage et Double Danger

En appel, le défendeur a soutenu que 13 A.R.S. § 1805.A.1, Vol à l’étalage, est une infraction moins incluse de Vol organisé au détail, 13 A.R.S. § 1819.A.1. Une infraction est une infraction moins incluse si la personne qui commet la plus grande infraction doit également nécessairement avoir commis la moindre infraction. Si une infraction est une infraction moins incluse, une personne ne peut être reconnue coupable ni condamnée pour les deux infractions. En examinant les éléments des infractions, la cour d’appel a déclaré en commettant la plus grande infraction de 13 A.R.S. § 1819.A.1, Vol organisé au détail, le défendeur a nécessairement commis la moindre infraction de 13 A.R.S. § 1805.A.1, Vol à l’étalage, qui était donc une infraction moins importante. La cour d’appel a donc annulé la condamnation pour 13 A.R.S. § 1805.A.1, Vol à l’étalage.

Le défendeur a également soutenu que 13 A.R.S. § 13-1819.A.1 et 13 A.R.S. § 13-1819.A.2, les deux infractions de vol organisé de détail, étaient en fait la même infraction et, par conséquent, la double peine était interdite par la Clause de double mise en danger. Le même objet volé a été utilisé pour prouver les deux infractions. La Cour d’appel a déclaré que le critère de la double incrimination est le suivant: ” where lorsque le même acte ou la même transaction constitue une violation de deux dispositions législatives distinctes, le critère à appliquer pour déterminer s’il existe deux infractions ou une seule est de savoir si chaque disposition exige la preuve d’un fait supplémentaire que l’autre ne fait pas.”

En appliquant ce critère, la Cour d’appel a déclaré que les deux infractions avaient des éléments différents et qu’une condamnation pour les deux n’était donc pas interdite par la Clause de double mise en danger. La cour a déclaré : “13 A.R.S. §1819.A.1, une personne commet un vol organisé au détail lorsqu’elle “envoie des marchandises d’un établissement de vente au détail sans payer le prix d’achat dans l’intention de revendre ou d’échanger les marchandises contre de l’argent ou pour une autre valeur.”Cependant, sous 13 A.R.S. §1819.A.2, une personne commet un vol organisé au détail en utilisant “un artifice, un instrument, un conteneur, un dispositif ou un autre article pour faciliter le retrait de marchandises d’un établissement de vente au détail sans payer le prix d’achat.”Ainsi, en comparant les deux infractions, le vol organisé de détail conformément à 13 A.R.S. § 1819.A.1 exige la preuve de l’intention de revendre ou d’échanger des marchandises, alors que 13 A.R.S. § 1819.A.2 exige une intention de priver. Aussi, afin de prouver le vol organisé de détail sous 13 A.R.S. § 1819.A.2, l’État doit prouver qu’un artifice/dispositif a été utilisé pour faciliter l’enlèvement de la marchandise; en revanche, en vertu de 13 A.R.S. §1819.A.1, l’État n’est pas tenu de montrer qu’un dispositif ou un artifice a été utilisé.

Étant donné que les deux infractions impliquaient la preuve d’éléments différents, la clause de double incrimination n’interdit pas au défendeur d’être reconnu coupable et condamné pour les deux infractions, même si les deux crimes impliquent le même bien.

Le cas peut être trouvé à: http://www.azcourts.gov/Portals/0/OpinionFiles/Div1/2016/1%20CA-CR%2014-0596.pdf

Cliquez sur les liens ci-dessous pour lire mes récents articles de blog sur le vol à l’étalage:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to Top