Déductibilité des Frais juridiques pour la Planification successorale |

Déductibilité des frais juridiques pour la Planification successorale
18 février

** MISE À JOUR: Loi sur les réductions d’impôts et les emplois (TCJA) promulguée le 22 décembre 2017, à condition que, “conformément au paragraphe (a), aucune déduction détaillée diverse ne soit autorisée pour toute année imposable commençant après le 31 décembre 2017 et avant le 1er janvier 2026.”**

L’article 212 de l’Internal Revenue Code (le “Code”) prévoit qu’une déduction est disponible pour toutes les dépenses ordinaires et nécessaires payées ou engagées au cours de l’année imposable:

1. pour la production ou la perception de revenus;

2. pour la gestion, la conservation ou l’entretien des biens détenus pour la production de revenus; ou

3. dans le cadre de la détermination, de la perception ou du remboursement de toute taxe.

L’article 212 est limité par le plancher de deux pour cent (2 %) prévu au § 67 du Code. L’article 67 prévoit que les ” déductions diverses détaillées ” d’un particulier ne peuvent être déduites que dans la mesure où le total des déductions dépasse deux (2 %) pour cent du revenu brut rajusté. CIR §67(a). En raison du plancher de déductions détaillé, la plupart des clients ne bénéficieront pas d’une déduction pour les frais juridiques engagés dans la planification successorale.

La Cour de l’impôt a examiné de nombreuses affaires pour déterminer si les frais juridiques engagés dans la planification successorale sont déductibles. L’une des premières causes à permettre une déduction pour frais de planification successorale, Bagley c. Commissaire, a constaté que le cabinet d’avocats fournissait des services juridiques déductibles en vertu du §212(2). Le cabinet d’avocats a consulté les clients en ce qui concerne les investissements fiscalement favorables, les prêts à la société appartenant à la famille cliente, ainsi que l’examen et la création de plans successoraux pour les membres de la famille.

Dans Merians c. Commissaire, la cour a autorisé une déduction au §212(3) pour les frais juridiques alloués aux conseils fiscaux. La cour a interprété sa décision de manière restrictive comme une déduction pour la seule partie des services qu’elle considérait comme des conseils fiscaux. L’avocat n’a pas tenu de registres précis de saisie du temps ou de facturation reflétant le temps consacré aux aspects fiscaux de sa représentation.

La Cour de l’impôt a rejeté les déductions pour les frais juridiques payés pour la planification successorale et les conseils généraux en matière d’affaires lorsque le contribuable n’a aucune preuve de la façon dont les frais se rapportent aux catégories §212. La simple préparation d’un testament ou d’une fiducie testamentaire ne sera pas déductible. Cependant, on peut faire valoir que la création d’une fiducie révocable est une transaction motivée par l’impôt pour la gestion et la conservation de biens. De même, le contribuable pourrait faire valoir que les frais ont été engagés dans le cadre de la détermination (minimisation) de son obligation fiscale future. Par conséquent, les frais devraient être déductibles en vertu des §§212(2) et 212(3).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to Top